Vidéo :
Les idées reçues de la VAE

Retranscription de la vidéo :

Les idées reçues de la VAE

La VAE, non ! Pour avoir un diplôme au rabais, ça ne m’intéresse pas.

Faux !

Le diplôme obtenu par la VAE est tout à fait identique à celui obtenu par la formation. Il a la même valeur.

Il ne comporte aucune mention « obtenu par la VAE »

La VAE, ce n’est pas pour moi. Trop long, trop difficile !

Faux !

Vous êtes libre d’organiser votre parcours comme bon vous semble, en fonction de votre rythme de travail et de vos disponibilités. On estime environ à une centaine d’heures maximum le travail personnel nécessaire pour boucler votre dossier de VAE. Avouez que ce n’est rien à côté de 1 an ou 2 ans de formation.

Tout au long de votre démarche de VAE, vous êtes accompagné par des experts de l’éducation nationale.

Ils sont là pour :

  • vous informer,
  • vous conseiller 
  • vous accompagner dans la constitution de votre dossier de validation,
  • et vous préparez à l’entretien que vous aurez avec le jury

 En un mot ils sont là pour vous faire réussir

Il faut déjà être expérimenté et « avoir déjà un CV long comme le bras ! »

FAUX !

Depuis le 1er octobre 2017, l’expérience minimum requise pour engager une VAE est d’un an seulement. Il faut que votre expérience soit en rapport direct avec le diplôme visé et ceci, quelque soit votre âge,  votre statut que vous soyez salarié, non salarié, demandeur d’emploi ou bénévole.

Peu importe que vous soyez en CDI ou en CDD, à temps plein ou temps partiel.

La VAE, ça ne m’intéresse pas trop. Je n’ai pas envie de retourner à l’école !

FAUX !

La VAE a justement pour but de valoriser votre expérience. Par conséquent aucun diplôme ni aucune formation n’est exigée pour entreprendre une démarche de VAE.

Vous devez constituer un dossier de validation dans lequel vous allez décrire vos activités en rapport direct avec le diplôme que vous visez.

Ce dossier sera examiné par un jury composé, notamment,  de personnes exerçant le même métier que vous et qui sera en mesure de dire si vous avez les compétences qu’exige le diplôme et si, par conséquent, on peut vous le délivrer.